Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
SCIENCES

Yvon Maday

Yvon Maday est né à Saint Brieuc en 1957. Aprés des études à l'Université Pierre et Marie Curie comme élève de l'École Normale Supérieure de Saint Cloud il soutient une thèse d’état à l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) en 1986. Il obtient son premier poste à l'Université of Créteil in 1981, comme Maître de Conférence. Il passe ensuite18 mois comme 'visiting professor' au MIT et à la Brown University où il  reste 'visiting professor' pendant 15 ans. Il est recruté comme professeur en 1989 à  l'Université Pierre et Marie Curie dont le nom devient Sorbonne Université en 2018. Il préside actuellement la commission d’évaluation d’Inria.

 

Yvon Maday a pris de nombreuses  responsabilités, en autre il a été directeur de L'UFR de mathématiques à l'UPMC au moment critique du déménagement des mathématiques de Paris 6 et 7 où, avec Michel Broué il a pu recevoir la confiance des directeurs de laboratoires pour façonner la longue parenthèse “Chevaleret” qui a permis ensuite, avec Bernard Teissier et Pierre Louis Curien de proposer la création de l’Institut Fédératif de Chevaleret et jeter ainsi les bases de la fondation de sciences mathématiques de Paris. Il a aussi été le premier directeur de l'École Doctorale Sciences Mathématiques de Paris Centre qui a dû trouver sa place dans la structure des DEA d'alors. Il a enfin été pendant 12 ans directeur du Laboratoire Jacques-Louis Lions, et  président de la SMAI (Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles). Ses  nombreuses collaborations avec des ingénieurs, chimistes, biologistes, et avec  l'industrie, en font un chercheur véritablement interdisciplinaire qui l'ont conduit à créer le CEMRACS, école d'été orientée vers les problèmes de l'industrie, qui se tient chaque année au CIRM. En 2017, il crée le Tremplin Carnot SMILES qui a pour but de promouvoir les collaborations entre le monde mathématique académique et la recherche  industrielle dans les domaines de la  modélisation, de la simulation, de l'optimisation et des sciences des données.

 

 

En parallèle, grâce à des talents et une énergie reconnus de tous, il a  developpé un programme de recherche cohérent et substantiel autour d'un nombre important de sujets dans le domaine des méthodes numériques les plus performantes comme les méthodes spectrales, la décomposition de domaine, la réduction de modèles, avec des applications aux sciences médicales, à l'interaction fluide-structure et à la chimie ab-initio.  Il encadré plus de 40 doctorants et rédigé plus de 180 articles dans des revues de haut niveau ainsi que 6 ouvrages.

 

Yvon Maday a été invité à l'ICM 2006 à Madrid, il a été élu à  l'EURASC (European Academy of Sciences) en 2003 et nommé membre senior de l'Institut Universitaire de France en 2012. Il a reçu le prix Jacques-Louis Lions de l'Académie des Sciences en 2009. Sa collaboration au sein d'une équipe multidisciplinaire en chimie a été reconnue par le prix ATOS-Joseph Fourier Prize en 2018.

 

 

 

Avec Anthony Patera, Yvon Maday a introduit et analysé la méthode des éléments spectraux de  Legendre, en particulier pour les modèles fluides de Stokes et Navier-Stokes. Cette méthode a conduit au code Nek5000 pour les équations de Navier-Stokes code par Paul Fischer  qui est très largement utilisé pour la simulation de la turbulence sur des machines massivement parallèles.

 

En collaboration avec Christine Bernardi, Yvon Maday a introduit la méthode des éléments Mortier (Mortar element method) qui est également d'usage régulier pour le calcul parallèle avec des applications à de nombreuses disciplines  comme la dynamique des fluides, l'électromagnétisme ou la mécanique du contact.

 

Avec Jacques-Louis Lions et Gabriel Turinici, Yvon Maday a également développé la méthode de décomposition de domaine en temps pour les problèmes d"évolution.  Cette technique, appelée 'pararéelle' mène à des gains de temps CPU substanciels.

 

En collaboration avec Anthony Patera, il a developpé et analysé plusieurs techniques de réduction de modèle pour les problèmes dépendant de nombreux paramètres, en particulier la méthode des Bases Reduites, la méthode 'Reduced Basis Element' qui intègre les méthodes locales de réduction de modèle dans le cadre général des décompositions de  domaine. Dans la même veine  la méthode EIM (empirical interpolation method) qui vise à approcher efficacement des problèmes généraux dépendant de plusieurs paramètres intervenant en analyse non-linéaire. La méthode EIM est d'une originalité remarquable tant dans sa formulation que son analyse, qui la relie aux techniques d'hyper-reduction.

 

Yvon Maday a toujours développé et analysé des méthodes numériques caractérisées par leur capacité à traiter d'applications concrètes, suivant en cela son goût naturel pour l'interaction avec les autres disciplines. Pour les applications aux sciences médicales, les éléments Mortiers sont utilisés pour le couplage fluide-structure afin de simuler les écoulements sanguins.  La méthode des Reduced Basis Elements a été utilisée pour la simulation de la respiration avec de prendre en compte la géométrie complexe du poumon. En chimie quantique, les méthodes de décomposition de domaine permettent une réduction spectaculaire du temps calcul pour la simulation de la solvation.

 

 

0utre ses contributions fondamentales en chimie computationnelle avec Eric Cancès et Jean Philip Piquemal qui vont s’enrichir grâce à la collaboration avec Laura Grigori  pour passer à l'exascale et qui vont encore l’occuper pendant plusieurs années, il a commencé à s’investir à la station de biologie marine à Roscoff et travailler avec des collègues biologistes sur des modèles pour l'holobionte marin.

21/09/18

Traductions :

    Chiffres clés

    La faculté des Sciences et Ingénierie compte :
    79 laboratoires de recherche
    21 fédérations de recherche
    22 départements de formation
    4 observatoires - l'Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer - l'Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer - l'Observatoire océanologique de Roscoff - l'Observatoire...

    » Lire la suite

    Contact

    Direction de la Recherche et de la Valorisation

    Bruno BACHIMONT

     

    Contact

    Chargé (es) de Développement et de Partenariats.

    Ils accompagnent les directeurs d’unités et les chercheurs dans la recherche de financement, la mise en œuvre de collaborations et, en lien avec la SATT Lutech, dans les activités de transfert

    • Informatique : Jules ESPIAU DE LAMAESTRE (jules.espiau_de_lamaestre @ upmc.fr)
    • Ingénierie : Francesca DAU (francesca.dau @ upmc.fr)
    • Maths/Physique : Olivia LEROY (olivia.leroy @ upmc.fr)
    • Chimie/Biologie : Laurène EL BAHHAJ (laurene.el_bahhaj @ upmc.fr)
    • Stations marines : Anaïs DESCLOS (anais.desclos @ upmc.fr)
    • Environnement : Anna LOURANTOU-PARIS (anna.lourantou-paris @ upmc.fr)

    Contact

    Coordination du pôle modélisation et ingénierie :

    - Pascal Frey (pascal.frey @ upmc.fr)
    - Frédéric Klopp (frederic.klopp @ imj-prg.fr)
    - Pierre Yves Lagrée (pierre-yves.lagree @ upmc.fr)
    - Pierre Sens (pierre.sens @ upmc.fr)

    (pierre-yves.lagree @ upmc.fr)

    Modélisation et ingénierie

    • 860 enseignants-chercheurs et chercheurs
    • 170 personnels d'appui à la recherche
    • 970 doctorants
    • 19 unités de recherche
    • 4 écoles doctorales