Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Rechercher
SCIENCES

FIRE Fédération IDF de recherche sur l'environnement (FIRE) - FR 3020

La Fédération de Recherche (FR-3020) FIRE (Fédération-Ile-de-France de Recherche sur l’Environnement https://www.fire.upmc.fr/) créée en janvier 2007, a pour vocation essentielle de promouvoir la recherche interdisciplinaire dans le domaine des Sciences de l’Environnement. Son projet fédératif concerne principalement des travaux de recherche relevant des surfaces continentales en lien avec les territoires et les activités humaines.

La fédération FIRE regroupe 18 laboratoires dont 6 font partie de Sorbonne Université. Les laboratoires universitaires sont pour la plupart associés au CNRS et à d’autres tutelles (Muséum, CEA, EPHE, etc.) :

 Les 6 laboratoires de Sorbonne Université au sein de la FIRE :

Tutelle : CNRS (principale), UPMC (secondaire)

Activités et expertises de recherche :

Face à des enjeux sociétaux qui nécessitent de façon prégnante la mise en oeuvre d’approches transversales, la FR-3020 FIRE a pour vocation essentielle de promouvoir la recherche interdisciplinaire dans le domaine des Sciences de l’Environnement. Les activités de recherche menées au sein de la FIRE, s’appuient sur des disciplines variées de l’hydrologie, la géophysique, la biominéralogie, la chimie, géochimie et biogéochimie, la biologie et microbiologie, les sciences du sol, l’écologie et l’écophysiologie, l’Histoire des sciences, l’Histoire environnementale, l’écologie territoriale, la géographie, les systèmes de l’information géographique, la modélisation, etc. à un niveau scientifique d’excellence.

La FIRE organise des séminaires, des journées scientifiques, des réunion de préparation de projets collectifs ou de rédaction d’articles. Elle organise et/ou soutiens des Ecoles thématiques interdisciplinaires. Elle propose des appels à projets inter-laboratoires (gratifications de masters par ex.)

 

Problématiques de la FIRE

Étudier a zone critique c-à-d les sols, l’agriculture, les eaux de surfaces et souterraines, la biodiversité, les paysages terrestres et aquatiques. Une échelle d’interaction de l’activité humaine avec les sols et les eaux pour le maintien des connectivités.

  • Appréhender les territoires, l’écologie territoriale et les trajectoires socio-écologiques pour étudier comment les mosaïques de paysages interagissent avec les sociétés humaines et comprendre leur construction dans le passé.  
  • Considérer les continuums Homme-Terre-Mer pour quantifier les impacts humains sur les zones côtières qui s’exercent notamment à travers les flux de polluants qui s’y déversent, directement mais surtout par les fleuves et leur bassin versant via les activités agricoles, industrielles et urbaines.

Orientations

Au cours du mandat 2014-2018, la question des inter-relations entre la ville et le milieu rural, est au centre du questionnement scientifique. Les problématiques phares relatives à l’eau, aux sols et à la biodiversité ainsi qu’aux dynamiques et trajectoires socio-écologiques des villes et de leurs hinterlands ruraux font l’objet de travaux inter-displinaires et inter-laboratoires. Une intégration de ces différents travaux permet de traiter de l’organisation des systèmes hydro-agro-alimentaires dans une perspective d’écologie territoriale.

Les plateformes de modélisation (PyNuts-Riverstrahler, Nitroscape, Cawacqs) ont également vocation à contribuer à l’intégration des connaissances, et ces outils permettent d’explorer des futurs meilleurs pour l’environnement. 

 

Des projets en cours de valorisation

 Par exemple :

  • RESET (GIP-SA) :

Retracer les trajectoires socio-écologiques des territoires pour relier l'évolution de l'écosystème Estuaire aux choix économiques et techniques qui ont été faits en matière de développement de la Normandie. josette.garnier@sorbonne-universite.fr (josette.garnier @ upmc.fr)

  • Escapade (ANR) :

Identifier et quantifier les leviers de gestion de l'azote dans les territoires afin de proposer des solutions innovantes d'atténuation des pertes d'azote dans l'environnement. jean-louis.drouet @ inra.fr

  • EFEMAIR- N2O (ADEME) :

Viser à l’évaluation et à l’optimisation des émissions de N2O pour concevoir des systèmes de culture à faible impacts sur les compartiments atmosphère, sol et eau tout en maintenant une production suffisante. joel.leonard @ inra.fr

  • HydroGES (ADEME):

·       Améliorer la comptabilité des émissions terrestres, directes et indirectes, de N2O. catherine.henault @ inra.fr, josette.garnier@sorbonne-universite.fr (josette.garnier @ upmc.fr)

·       PIREN-Seine et ZA-Seine (CNRS, AESN, SIAAP, Grands lacs de Seine, Sedif et autres partenaires).

L’évolution des territoires du bassin de la Seine - dynamiques couplées urbaines et agricoles, et adaptation ; Fonctionnement des corridors hydro-écologiques du bassin de la Seine pour l’évaluation des aménagements et restaurations ; Connaissance et devenir des territoires dans leurs bassins et leurs corridors hydro-écologiques. Nicolas.Flipo @ mines-paristech.fr

 

Des sites d’étude et des infrastructures disponibles pour la FIRE :

 Par exemple :

 

·       La plate-forme Biochem-Env (https://www.biochemenv.fr/-presentation-.html)  

·       L’équipex Critex (https://www.critex.fr/?lang=fr)

·       Le site de l’Orgeval et le GIS Oracle  (https://gisoracle.irstea.fr/)

·       Le SOERE PRO (https://www6.inra.fr/qualiagro/Nos-partenaires/Le-reseau-SOERE-PRO)

·       OS2 (https://www.ingos-infrastructure.eu/os2/)

·       Ecotron CEREEP IleDeFrance (ENS-CNRS) et Equipex AquaPlana (http://www.foljuif.ens.fr/)

·       Zones Ateliers (CNRS, INEE) (http://www.za-inee.org/)

·       Mots clés :  Environnement, sociétés, anthropisation, milieux naturels, Ecologie territoriale, agriculture durable, fertilité des sols, qualité des eaux, cycles biogéochimiques, métabolismes et cycles de vie, écotoxicologie, biodiversité, changements globaux, écologie fonctionnelle, aide à gestion des milieux, modélisation et scénarios, trajectoires    

 

Contacts :


Coordonnées : - adresse postale : CC 28, 4 place Jussieu 75252 Paris cedex 05
- adresse physique : UMR 7619 Metis, Sorbonne Université, Tour 56 - 4ème étage - couloir 56/46, 4 Place Jussieu - 75005 Paris Cedex 05
- site web : http://www.fire.upmc.fr/

Directeur et contact administratif : GARNIER Josette, tél. 01 44 27 70 27, mél. josette.garnier@sorbonne-universite.fr (josette.garnier @ upmc.fr)

Virginie Dukovic - 22/02/18

Traductions :

    Chiffres clés

    La faculté des Sciences et Ingénierie compte :
    72 laboratoires de recherche
    21 fédérations de recherche
    19 départements de formation
    4 observatoires - l'Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer - l'Observatoire océanologique de Villefranche-sur-Mer - l'Observatoire océanologique de Roscoff - l'Observatoire...

    » Lire la suite

    Contact

    Direction de la Recherche et de la Valorisation

    Bruno BACHIMONT

     

    Contact

    Chargé (es) de Développement et de Partenariats.

    Ils accompagnent les directeurs d’unités et les chercheurs dans la recherche de financement, la mise en œuvre de collaborations et, en lien avec la SATT Lutech, dans les activités de transfert

    • Informatique : Jules ESPIAU DE LAMAESTRE (jules.espiau_de_lamaestre @ upmc.fr)
    • Ingénierie : Laurène EL BAHHAJ (laurene.el_bahhaj @ upmc.fr)
    • Maths/Physique : Olivia LEROY (olivia.leroy @ upmc.fr)
    • Chimie/Biologie : Laurène EL BAHHAJ (laurene.el_bahhaj @ upmc.fr)
    • Stations marines : Anaïs DESCLOS (anais.desclos @ upmc.fr)
    • Environnement : Anna LOURANTOU-PARIS (anna.lourantou-paris @ upmc.fr)

    Contact

    Coordination du pôle Terre vivante et environnement :


    - Sébastien Duperron (sebastien.duperron @ upmc.fr) 
    - Julien Gasparini (julien.gasparini @ upmc.fr)
    - Marie-Noëlle Houssais (marie-noelle.houssais @ upmc.fr)
    - Chrystèle Sanloup (chrystele.sanloup @ upmc.fr)

    Terre vivante et environnement

    • 840 enseignants-chercheurs et chercheurs
    • 740 personnels d'appui à la recherche
    • 520 doctorants
    • 22 unités de recherche
    • 3 écoles doctorales