Ça se passe à Sorbonne Université

Tout voir

Découvrez nos vidéos, portraits, actualités, dossiers thématiques, parutions, illustrant l’engagement de celles et ceux qui font vivre Sorbonne Université au quotidien.

Sorbonne Université et le sport : un engagement olympique

Sorbonne Université entretient une longue tradition de soutien aux pratiques physiques et sportives de tous niveaux. Découvrez nos actions et nos talents !

Sorbonne Université et le sport : un engagement olympique

Étudier à | Sorbonne Université

C’est participer à la grande aventure de la connaissance, s’accomplir dans ses études et se préparer à créer le futur.

Le Chœur & Orchestre de Sorbonne Université

Le Chœur et Orchestre

Chaque année, le Cosu réunit plus d’une centaine de jeunes musiciennes et musiciens, enthousiastes et passionnés, autour d’un projet musical ambitieux qui poursuit nos missions éducatives et de transmission des savoirs.

SOUND, pour un nouvel engagement

Une démarche de long terme pour développer nos grandes orientations scientifiques dans la décennie à venir, consolider la signature de l'Alliance Sorbonne Université autour des grands enjeux d'un monde en mutation, et mieux partager nos savoirs et expertises avec la société.

SOUND, pour un nouvel engagement

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

En Arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales / Médecine et métiers de la santé / Sciences et Ingénierie

Choisir Sorbonne Université, c’est intégrer un établissement pluridisciplinaire de renommée mondiale, donner le meilleur de soi-même pour suivre une formation de haut niveau, et rejoindre une communauté de plus de 55 000 étudiantes et étudiants, et 400 000 alumni dans le monde entier.

Arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales

La faculté des Lettres est l’une des plus complètes et des plus importantes, en France et dans le monde, dans le domaine des arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales. Ses domaines de spécialité sont multiples : les lettres classiques et modernes, les langues, lettres et civilisations étrangères, la linguistique, la philosophie, la sociologie, l’histoire, la géographie, l’histoire de l’art et l’archéologie, la musicologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences de l’éducation et la formation des enseignantes et enseignants.

Médecine et métiers de la santé

La faculté de Santé assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PACES (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Sciences et Ingénierie

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la faculté des Sciences et Ingénierie s’attache autant à soutenir la recherche au cœur des disciplines qu’à favoriser les approches pluridisciplinaires pour répondre aux grands enjeux du 21e siècle. L’excellence académique est portée par ses enseignants-chercheurs et chercheurs dont les travaux de recherche nourrissent la qualité des formations dispensées par la faculté.

Elle regroupe 10 membres couvrant toutes les disciplines des lettres, de la médecine, des sciences et ingénierie, de la technologie et du management. Cette diversité favorise une approche globale de l’enseignement et de la recherche, pour promouvoir en commun l'accès de tous au savoir.

Alliance 4EU+

L’Alliance 4EU+

Dans un monde qui change, Sorbonne Université s’est unie aux universités Charles de Prague, Heidelberg, Varsovie, Milan, Copenhague, Genève et Panthéon-Assas au sein de l'Alliance 4EU+.

Avec un modèle novateur d’université européenne, 8 grandes universités de recherche intensive répondent ainsi aux défis qui s’imposent à l’Europe.

Les Alliances de Sorbonne Université


Les guerres de Religion

Par Nicolas Le Roux (direction)

Une histoire de l'Europe au XVIe siècle

Faire trace

Par Maxime Decout

Les écritures de la Shoah



Les traités de paix 1918-1923

Par Isabelle Davion, Stanislas Jeannesson

La paix les uns contre les autres

La guerre russe, ou le prix de l’Empire

Par Pierre Gonneau

D’Ivan le Terrible à Poutine

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

193

Parcours de licence

192

Parcours de master

13

Sites et campus

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à | la faculté de Santé

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

20 759

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Surveillance épidémiologique et veille sanitaire

Par Pascal ASTAGNEAU, Pascal CRÉPEY

Principes, méthodes et applications en santé publique

Gériatrie

Par Joël Belmin, Philippe Chassagne, Patrick Friocourt

Les femmes sauveront l'hôpital

Par Karine Lacombe

Dans les pas de Jonas

Par Serge Uzan

L’algorithme de Jonas

Dupuytren

Par /Sous la direction de Julie Cheminaud et de Claire Crignon

Ou le musée des maladies

Sexe et violences

Par Danièle Tritsch, Jean Mariani

Comment le cerveau peut tout changer

Les extraordinaires pouvoirs du ventre

Par Harry Sokol

Un fabuleux voyage à la découverte des pouvoirs de notre microbiote.

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

La Psychomotricité

Par Françoise Giromini-Mercier, Suzanne Robert-Ouvray, Cécile Pavot-Lemoine, Anne Vachez-Gatecel

Apologie de la discrétion

Par Lionel Naccache

Comment faire partie du monde ?

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Natacha Kaminski
  • Recherche

Une campagne en mer au large du Brésil

Avant l’été, s’est déroulée, au large du Brésil, la campagne en mer Amaryllis-Amagas à bord du mythique navire Marion Dufresne, le plus grand de la flotte océanographique française.

Jeffrey Poort et Natacha Kaminski

Jeffrey Poort, ingénieur à l’ISTeP et Natacha Kaminski, étudiante en master de physique, ont fait partie, pendant un mois, de l’aventure pour récolter des données afin de mieux comprendre le rôle de la région amazonienne dans le système climatique terrestre.

Natacha, vous êtes étudiante en master de physique à Sorbonne Université. Comment vous êtes-vous lancée dans cette aventure ?

Natacha Kaminski : Intéressée par la recherche océanographique, j’avais fait mon stage de troisième au Laboratoire d'Océanographie et du Climat (LOCEAN) et j’ai choisi, durant mon parcours universitaire, des options en océanographie. Lors du forum « Campus océan » organisé en octobre 2022 à Sorbonne Université par l’institut de l’Océan, je me suis arrêtée sur le stand de l’Institut des Sciences de la Terre de Paris (ISTeP) qui exposait une carotte de sédiments du fond de l’océan. Ils cherchaient un ou une étudiante stagiaire. Je me suis lancée, j’ai été acceptée en stage et j’ai eu l’opportunité de partir un mois en mission pour la première partie de la campagne en mer Amaryllis-Amagas.

Jeffrey, quels sont les objectifs de cette campagne en mer ?

Jeffrey Poort : Cette campagne franco-brésilienne, portée par deux spécialistes de géosciences marines, Sébastien Migeon, professeur à Sorbonne Université, et Daniel Praeg, chercheur Géoazur, réunit les laboratoires de l’ISTeP et de LOCEAN en collaboration avec vingt laboratoires et universités françaises, brésiliennes, allemandes et suédoises.

Elle a comme objectif d’étudier le rôle majeur mais incertain joué par la région amazonienne dans le système climatique de la Terre. Son rôle comme puits de carbone terrestre dépend de processus encore mal connus comme l’intensité et la répartition des précipitations continentales, la fertilisation des sols par les poussières sahariennes ou encore l’instabilité potentielle des hydrates de gaz, des poches d’eau congelée qui se forment à l’intérieur des couches de sédiments et qui contiennent des molécules de gaz.

Pourquoi étudier la région amazonienne en particulier ?

J. P. : Cette région est emblématique des dérèglements climatiques en cours et le fleuve Amazone a le débit sédimentaire le plus important du monde. Dans son delta, beaucoup de processus géophysiques ont lieu. L’un d’entre eux concerne les hydrates de gaz, potentiellement instables. Si on augmente fortement la température ou la pression, ces éléments solides enfermés dans les couches de sédiments vont se retransformer en gaz qui va vouloir s’échapper vers la surface. Cela peut fragiliser la cohésion des sédiments et générer de gigantesques glissements de terrain sous-marins à l’origine de tsunamis.
Avec la montée du niveau des océans qui risque d’augmenter la pression, et le réchauffement des eaux, on peut imaginer que l’instabilité des hydrates de gaz augmente, provoquant plus de glissements de terrain sous-marins et plus de catastrophes.

Il est donc important d’étudier les sédiments déposés le long de la marge équatoriale de l’Amérique du Sud pour retrouver des traces de ces glissements et mieux comprendre leur lien avec les changements des conditions climatiques régionales et mondiales.

Comment se passait votre quotidien à bord pendant près d’un mois ?

N. K. : Techniciens, étudiants, membres d’équipe, nous étions une centaine de personnes à bord du Marion Dufresnes, dont 38 scientifiques. Chaque équipe scientifique fonctionnait en quart et chaque groupe se relayait pour travaillait quatre heures le matin et quatre heures l'après-midi. Pour ma part, j’étais mobilisée de quatre heures à huit heures et de seize heures à vingt heures sur des activités scientifiques. En dehors de ces créneaux, nous pouvions nous retrouver pour faire du badminton, des jeux société, un baby-foot ou aller à la salle de sport. Le bateau est un endroit privilégié car nous avons le temps de discuter et d’échanger avec des gens qui partagent la même motivation et qui viennent du monde entier. Et nous avons eu la chance de faire cette mission dans des conditions exceptionnelles car le bateau n’était pas rempli et nous avions chacun une cabine individuelle, avec douche et toilettes.

J. P. : Ce qui est plutôt rare. D’habitude, c’est plus spartiate ! J’ai à mon actif une trentaine de campagnes en mer, et c’est la première fois que je navigue sur un bateau aussi grand et avec un tel confort que le Marion Dufresne.  

Quelles activités scientifiques réalisiez-vous à bord ?

N. K. : Nous nous occupions principalement des carottes sédimentaires que remontait le Calypso, l’un des seuls carottiers au monde à pouvoir collecter des carottes de plus de 60 mètres de long. Plus une carotte est longue, plus il est possible de remonter loin dans le temps. De quoi étudier les variations climatiques de la région jusqu’à plusieurs millions d’années dans le passé.

L’une des tâches que nous avions été de tronçonner les carottes en sections de 1,5 mètre, puis d’analyser leur densité et de les scanner. Après, nous devions découper ces tronçons en deux. Une fois ouverts, l'équipe de sédimentologie décrivait les strates et prenaient des photos. C'est un travail énorme que l’on essaie de faire au maximum à bord pendant que les sédiments sont encore intacts.
En parallèle, nous mesurions les flux de chaleur en mettant des thermomètres sur le carottier, et une fois la carotte à bord, nous analysions, grâce à une aiguille, la façon dont la chaleur se propage dans les sédiments.  Les techniciens s’occupaient également de contrôler l’ensemble des instruments de mesure.

Jeffrey, quelle sera la suite donnée à cette campagne ?

J. P. : Un mois de collecte pour plusieurs d’années de travail. Tout le matériel récolé va être étudié et dans un an, on va se retrouver pour faire le point sur nos avancées. Plus tard, ces analyses permettront de créer des modèles en lien avec le changement climatique, et alimenteront sûrement les prochains rapports du Giec.

Natacha, quel souvenir en gardez-vous de cette mission ?

N. K. : C’est la plus belle expérience de ma vie. Je ne m'attendais pas du tout à ça. Comme il s’agissait de ma première campagne en mer, j'ai découvert beaucoup de choses sur la façon dont on s’organise pour que le bateau reste opérationnel. J’ai adoré l’ambiance conviviale à bord. Le navire est une bulle hors du temps. Même si on ne dort pas beaucoup, on partage un moment privilégié, une parenthèse en mer.

 

Quelques photos de la campagne

Le navire Marion Dufresne
Découpe d’une mini-section de carotte sédimentaire
Inspection des capteurs
Sortie d'un carottier