À vos côtés tout au long de vos études

Sorbonne Université soutient sa communauté étudiante tout au long de sa formation.

Au travers de ses nombreux dispositifs d'accompagnement, nous œuvrons à votre réussite et votre épanouissement personnel durant votre vie étudiante.

Nous sommes à vos côtés

Étudier à
Sorbonne Université

C’est participer à la grande aventure de la connaissance, s’accomplir dans ses études et se préparer à créer le futur.

Le Chœur & Orchestre de Sorbonne Université

Le Chœur et Orchestre

Chaque année, le Cosu réunit plus d’une centaine de jeunes musiciennes et musiciens, enthousiastes et passionnés, autour d’un projet musical ambitieux qui poursuit nos missions éducatives et de transmission des savoirs.

Recherche et Innovation

Sorbonne Université promeut l'excellence au cœur de chacune de ses disciplines et développe de nombreux programmes interdisciplinaires à même de répondre aux grands enjeux du 21e siècle.

Recherche et Innovation

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

En Arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales / Médecine et métiers de la santé / Sciences et Ingénierie

Choisir Sorbonne Université, c’est intégrer un établissement pluridisciplinaire de renommée mondiale, donner le meilleur de soi-même pour suivre une formation de haut niveau, et rejoindre une communauté de plus de 52 000 étudiantes et étudiants, et 400 000 alumni dans le monde entier.

Arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales

La faculté des Lettres est l’une des plus complètes et des plus importantes, en France et dans le monde, dans le domaine des arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales. Ses domaines de spécialité sont multiples : les lettres classiques et modernes, les langues, lettres et civilisations étrangères, la linguistique, la philosophie, la sociologie, l’histoire, la géographie, l’histoire de l’art et l’archéologie, la musicologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences de l’éducation et la formation des enseignantes et enseignants.

Médecine et métiers de la santé

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PACES (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Sciences et Ingénierie

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la faculté des Sciences et Ingénierie s’attache autant à soutenir la recherche au cœur des disciplines qu’à favoriser les approches pluridisciplinaires pour répondre aux grands enjeux du 21e siècle. L’excellence académique est portée par ses enseignants-chercheurs et chercheurs dont les travaux de recherche nourrissent la qualité des formations dispensées par la faculté.

Elle regroupe 10 membres couvrant toutes les disciplines des lettres, de la médecine, des sciences et ingénierie, de la technologie et du management. Cette diversité favorise une approche globale de l’enseignement et de la recherche, pour promouvoir en commun l'accès de tous au savoir.

Alliance 4EU+

L’Alliance 4EU+

Dans un monde qui change, Sorbonne Université s’est unie aux universités Charles de Prague, Heidelberg, Varsovie, Milan et Copenhague, pour créer l'Alliance 4EU+.

Avec un modèle novateur d’université européenne, 6 grandes universités de recherche intensive répondent ainsi aux défis qui s’imposent à l’Europe.

Les Alliances de Sorbonne Université


Appelez-moi César

Par Boris Marme

La Samaritaine

Par Jean-Baptiste Minnaert, Jean-François Pousse

Une renaissance architecturale

Les examens du 2e semestre se tiendront du 16 au 25 mai 2022 en présentiel

Campagne d'inscription en formation professionnelle 2022-2023

Préparez dès à présent la faisabilité et l'organisation de votre projet de reprise d'étude pour l'année universitaire 2022-2023 !

La Faculté des Lettres de Sorbonne Université propose au public professionnel et aux entreprises des dizaines de formations de licence et master en arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales.

Formation professionnelle


Écrire à l’encre violette

Par Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier, Alexandre Antolin

Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours

L'étoffe d'un roi

Par Sandra Martinez

Commerce des parures à la cour d'Espagne (1665-1700)

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

1 200

Enseignantes et enseignants

720

Personnels

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à
la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

Réussir sa consultation en anglais

Par Dr Pascaline Faure

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

Sorbonnavirus

Par Pierre-Marie Chauvin et Annick Clement

Regards sur la crise du coronavirus

Les langues de la médecine

Par Pascaline Faure

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Face aux risques

Par Pascal Griset, Jean-Pierre Williot, Yves Bouvier

Une histoire de la sûreté alimentaire à la santé environnementale

Cecile Tran Kiem

Cécile Tran Kiem

Doctorante en épidémiologie lauréate du Prix L’Oréal-Unesco pour les Femmes et la Science 2021

Un modèle n’est pas une boule de cristal.

Cécile Tran Kiem voulait faire de la science. Mais quelle discipline choisir ? Au gré de ses études, la jeune ingénieure s’est découvert une passion pour l’épidémiologie. Ses travaux sur l’épidémie de COVID-19 lui valent aujourd’hui d’être décorée par la prestigieuse fondation.

Quelles sont les recherches qui vous ont valu ce prix ?

Initialement, je suis arrivée à l’Institut Pasteur en octobre 2019 pour faire une thèse1 sur la modélisation de la propagation, en Europe, du moustique tigre, responsable de maladies comme la dengue, le chikungunya ou Zika. Mais au bout de six mois, la pandémie de COVID-19 a débuté et j’ai changé de sujet. Je développe maintenant des approches de modélisation mathématique et statistique pour décrire la pandémie de COVID-19 en France.

Qu’est-ce qui vous a entraînée vers l’épidémiologie ?

Au départ, je ne me prédestinais même pas à faire de la recherche. C’est le côté pluridisciplinaire de l’École Polytechnique qui m’a permis de prendre le temps de réfléchir à ce que je voulais faire. J’y ai découvert l’existence de l’épidémiologie en troisième année en cherchant des thématiques en santé qui pouvaient m’intéresser et en échangeant avec un ancien de l’école qui travaille dans ce domaine.
La modélisation, en revanche, c’est un peu un hasard parce que je ne savais pas vraiment ce que c’était. J’ai fait un stage au Conservatoire national des arts et métiers portant sur la modélisation des inégalités sociales en lien avec le VIH et l’approche m’a beaucoup plu. J’ai décidé de faire une thèse en modélisation. Mais avant de l’entamer, j’ai voulu utiliser ma quatrième année d’école d’ingénieur pour faire un master en analyse de données appliquées à la santé à l’Imperial College de Londres.

Comment qualifiez-vous votre recherche ?

Je ne définirais pas ce que je fais comme de la recherche fondamentale parce que j’utilise des outils de modélisation pour répondre à des questions très concrètes. Par exemple, au début de la pandémie de l’année 2021, il y avait peu de doses de vaccins et la question était de savoir qui vacciner en premier pour maximiser l’impact. Dans le laboratoire de l’Institut Pasteur où j’effectue ma thèse, nous avons développé des modèles pour comparer les stratégies de priorisation. Nous avons aussi réalisé un projet sur le rapport bénéfice/risque de Vaxzevria, le vaccin d’AstraZeneca. Ce sont des maths et des statistiques mais avec des applications directes en santé publique qui en sont la traduction dans le monde réel.
Et puis il y a tout l’aspect relatif à la communication des résultats. Un modèle n’est pas une boule de cristal et il faut aussi être capable d’en expliquer les résultats comme les limites d’interprétation.

Comment avez-vous reçu le prix L’Oréal-Unesco ?

Je suis heureuse de la reconnaissance conférée par ce prix qui met en lumière de jeunes femmes qui font de la recherche. J’ai surtout beaucoup apprécié la semaine passée avec les autres lauréates. Faire partie de ce groupe de femmes pleines d’énergie et de projets en tête m’a motivée.

Que diriez-vous à des jeunes femmes qui voudraient se lancer dans une carrière scientifique ?

Que les sciences sont très variées et que l’on peut en faire à tous les niveaux et dans de nombreux domaines. J’ai découvert l’épidémiologie tardivement dans mon cursus et je ne m’étais pas du tout imaginé que je pouvais y faire de la modélisation.

Et maintenant, quel est votre horizon ?

J’ai vraiment aimé l’expérience de la recherche et je ne me vois pas faire autre chose pour l’instant. Mais j’ai envie de bouger. Je cherche un post-doc à l’étranger, toujours en modélisation des maladies infectieuses, et j’aimerais bien y incorporer un aspect évolutif que je ne fais pas aujourd’hui. Ce serait une approche complémentaire, avec des données qui permettent de dire autre chose que les données de surveillance épidémiologique. C’est aussi l’occasion d’apprendre de nouvelles choses.
Après, me projeter au-delà de la thèse, j’écouterai ce dont j’ai envie. Je sais que l’on peut changer d’avis mais c’est clairement de la recherche pour le moment.

Crédits photo : Jean-Charles Caslot

1 Thèse en préparation à Sorbonne Université