Ça se passe à Sorbonne Université

Tout voir

Découvrez nos vidéos, portraits, actualités, dossiers thématiques, parutions, illustrant l’engagement de celles et ceux qui font vivre Sorbonne Université au quotidien.

À vos côtés tout au long de vos études

Sorbonne Université soutient sa communauté étudiante tout au long de sa formation.

Au travers de ses nombreux dispositifs d'accompagnement, nous œuvrons à votre réussite et votre épanouissement personnel durant votre vie étudiante.

Nous sommes à vos côtés

Étudier à | Sorbonne Université

C’est participer à la grande aventure de la connaissance, s’accomplir dans ses études et se préparer à créer le futur.

Le Chœur & Orchestre de Sorbonne Université

Le Chœur et Orchestre

Chaque année, le Cosu réunit plus d’une centaine de jeunes musiciennes et musiciens, enthousiastes et passionnés, autour d’un projet musical ambitieux qui poursuit nos missions éducatives et de transmission des savoirs.

Recherche et Innovation

Sorbonne Université promeut l'excellence au cœur de chacune de ses disciplines et développe de nombreux programmes interdisciplinaires à même de répondre aux grands enjeux du 21e siècle.

Recherche et Innovation

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

En Arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales / Médecine et métiers de la santé / Sciences et Ingénierie

Choisir Sorbonne Université, c’est intégrer un établissement pluridisciplinaire de renommée mondiale, donner le meilleur de soi-même pour suivre une formation de haut niveau, et rejoindre une communauté de plus de 52 000 étudiantes et étudiants, et 400 000 alumni dans le monde entier.

Arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales

La faculté des Lettres est l’une des plus complètes et des plus importantes, en France et dans le monde, dans le domaine des arts, langues, lettres, sciences humaines et sociales. Ses domaines de spécialité sont multiples : les lettres classiques et modernes, les langues, lettres et civilisations étrangères, la linguistique, la philosophie, la sociologie, l’histoire, la géographie, l’histoire de l’art et l’archéologie, la musicologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences de l’éducation et la formation des enseignantes et enseignants.

Médecine et métiers de la santé

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PACES (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Sciences et Ingénierie

Couvrant tous les champs de la connaissance en sciences et ingénierie, la faculté des Sciences et Ingénierie s’attache autant à soutenir la recherche au cœur des disciplines qu’à favoriser les approches pluridisciplinaires pour répondre aux grands enjeux du 21e siècle. L’excellence académique est portée par ses enseignants-chercheurs et chercheurs dont les travaux de recherche nourrissent la qualité des formations dispensées par la faculté.

Elle regroupe 10 membres couvrant toutes les disciplines des lettres, de la médecine, des sciences et ingénierie, de la technologie et du management. Cette diversité favorise une approche globale de l’enseignement et de la recherche, pour promouvoir en commun l'accès de tous au savoir.

Alliance 4EU+

L’Alliance 4EU+

Dans un monde qui change, Sorbonne Université s’est unie aux universités Charles de Prague, Heidelberg, Varsovie, Milan et Copenhague, pour créer l'Alliance 4EU+.

Avec un modèle novateur d’université européenne, 6 grandes universités de recherche intensive répondent ainsi aux défis qui s’imposent à l’Europe.

Les Alliances de Sorbonne Université


Histoire mondiale des impôts

Par Eric Anceau et Jean-Luc Bordron

de l’Antiquité à nos jours

Les Sources

Par Marie-Hélène Lafon

Journées portes ouvertes 2023 de la Faculté des Lettres

Venez participer aux journées portes ouvertes de la Faculté des Lettres 2023 ! Elles offrent l'opportunité de découvrir les formations de la Faculté, ainsi que de rencontrer vos futurs enseignantes et enseignants et de pouvoir échanger avec les différents services et la communauté étudiante.  À destination de tous et de toutes, elles ne nécessitent pas d'inscription préalable.

JPO 2023

Candidater en première année de licence sur Parcoursup

Les candidatures en licence s'effectuent sur la plateforme nationale en ligne Parcoursup. Retrouvez le calendrier ainsi que nos fiches conseil pour vous accompagner lors des différentes étapes de la procédure.

Candidater en première année de master

Les candidatures en master s'effectuent à partir de cette année sur la plateforme nationale en ligne Mon Master. Retrouvez toutes les étapes à suivre pour effectuer vos recherches et candidater aux formations qui vous intéressent.

candidater première année de master


Émile

Par Céline Spector

Rousseau et la morale expérimentale

Le Féminin en partage

Par Anne-Florence Quaireau

Le voyage d'Anna Jameson au Canada (1836-1837)

Graduate

25 000

Étudiantes et étudiants

193

Parcours de licence

192

Parcours de master

13

Sites et campus

Formations

Découvrez toute notre offre de formation

Médecine

La faculté de Médecine assure l’enseignement des 3 cycles d’études médicales : de la PASS (intégrée à la faculté) au 3e cycle incluant des DES, DESC, DU et DIU. Les enseignements sont dispensés principalement sur deux sites : Pitié-Salpêtrière et Saint-Antoine. La faculté dispense également des enseignements paramédicaux : l’orthophonie, la psychomotricité et l’orthoptie. Le site Saint-Antoine intègre une école de sage-femme.

Etudier à | la faculté de Médecine

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants et leur propose une large offre de formations ainsi qu’un accompagnement adapté à leur profil et à leur projet.

La vie associative

La diversité des étudiants et de leurs parcours est l’une de nos richesses. Sorbonne Université s’engage pour la réussite de chacun de ses étudiants.

21 393

usagers

17 527

étudiants

715

hospitalo-universitaires

12

centres de recherche

Chiffres-clés


Découvrir les dernières parutions

Toutes les parutions

Les extraordinaires pouvoirs du ventre

Par Harry Sokol

Un fabuleux voyage à la découverte des pouvoirs de notre microbiote.

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

La Psychomotricité

Par Françoise Giromini-Mercier, Suzanne Robert-Ouvray, Cécile Pavot-Lemoine, Anne Vachez-Gatecel

Apologie de la discrétion

Par Lionel Naccache

Comment faire partie du monde ?

Le Grand Livre des pratiques psychomotrices

Par Anne Vachez-Gatecel, Aude Valentin-Lefranc

Fondements, domaines d'application, formation et recherche

Je marche donc je pense

Par Roger-Pol Droit et Yves Agid

La recherche en temps d'épidémie

Par Patrice Debré

Du sida au Covid, histoire de l'ANRS

Neurosciences cognitives

Par / Sous la direction de Mehdi Khamassi

La médecin

Par Karine Lacombe, Fiamma Luzzati

Une infectiologue au temps du corona

Le Cinéma intérieur

Par Lionel Naccache

Projection privée au cœur de la conscience

Laurence Devillers

Laurence Devillers

Professeure d’informatique appliquée aux sciences sociales

Je ne cherche pas à faire de la régulation, mais à poser les bases de bonnes pratiques en IA.

Domotique, robots de compagnie, enceintes connectées… L’intelligence artificielle fait partie de notre quotidien. Mais cette révolution numérique amène son lot de questions éthiques. Depuis 30 ans, Laurence Devillers en est une des actrices et des critiques les plus visionnaires.

Il y a 20 ans encore, rares étaient les applications grand public basées sur l’intelligence artificielle (IA). L’essor des GAFAM1 à la fin du XXe siècle a rebattu les cartes en l’ancrant dans nos habitudes, parfois à notre détriment. Car si elle a permis de grandes avancées dans la recherche, l’IA soulève de nombreuses questions éthiques. Laurence Devillers, professeure au LISN2, fait partie de la génération de chercheurs qui a accompagné les débuts de l’IA. Avec en tête que cette technologie peut nous en apprendre beaucoup sur la naissance du langage.

De l’informatique…

Née en Bourgogne en 1962, Laurence Devillers baigne dans les sciences. Sa mère est maîtresse de conférences en physiologie végétale à l’Université de Paris et son père, centralien très porté sur l’éthique, officie au CEA4 et à l’IPSN5. Dès son plus jeune âge, elle les questionne sur l’humain, la conscience.

Elle obtient sont baccalauréat de mathématiques et physique en 1981 au lycée Lakanal de Sceaux, les neurosciences tâtonnent encore. Elle s’oriente vers les premières licences MIASS6, dont un des cours porte sur la linguistique, et d’informatique en Sorbonne. « L’informatique paraissait très ouverte et dynamique, et il y avait quasiment autant de filles que de garçons », se souvient la chercheuse dont les parents ne veulent faire aucune différence dans l’éducation de leurs enfants.

Elle se voit déjà concevoir objets et lieux par simulation informatique. Mais en DEA7 à l’Université Paris Saclay, elle suit un cours qui va sceller son destin de chercheuse. On y traite de phonétique, d’interprétation de spectrogrammes vocaux et autres aspects de la langue et de sa modélisation. « C’était extraordinaire ! De là, je me suis orientée vers la recherche sur le langage par des outils de traitement automatique. » L’enseignant de ce module, Jean-Sylvain Liénard, alors directeur du LIMSI2, sera son directeur de thèse.

…au langage

Laurence Devillers débute sa thèse sur des projets européens dédiés à l’acoustique et aux premiers modèles d’apprentissage de Markov8 appliqués à la linguistique. « Ce n’était pas une orientation personnelle, il a fallu que j’attende de trouver un champ de recherche novateur qui puisse m’intéresser. » Dans son laboratoire cohabitent linguistes et informaticiens. « À l’époque, il ne suffisait pas d’apprendre le langage à la machine pour modéliser la reconnaissance de la parole, il fallait aussi comprendre les différents niveaux imbriqués dans le langage. » C’est l’émergence des réseaux de neurones, des systèmes révolutionnaires reposant sur un neurone artificiel qui mime la cellule nerveuse et ses connexions. Cela la passionne. D’autant que l’hybridation des deux techniques permet une reconnaissance phonétique plus fine. Elle tient son sujet de thèse9 (encadré), soutenue en 1992. « Avec ces approches biomimétiques, nous construisons des machines qui reconnaissent ce que nous disons sans aucune connaissance linguistique. Même si les performances de ces systèmes sont proches de celles de l’humain, elles sont vides de sens pour la machine. »

Chercheuse engagée

Après un passage par l’antenne parisienne du Stanford Research Institute, ou elle travaille sur un système d’apprentissage du français, elle décroche des contrats de recherche puis un poste de maître de conférences à l’Université Paris-Saclay, en 1995, où elle élabore des systèmes de dialogue humain-machine, pour la SNCF notamment. En 2000, elle se penche sur la modélisation des émotions dans la voix et, en 2006, obtient son habilitation à diriger des recherches sur ce sujet.

En 2012, après un an à l’UFR de sociologie de Sorbonne Université, elle rejoint le LISN où elle pilote l’équipe Dimensions affectives et sociales dans les interactions parlées. « J’ai toujours navigué dans des domaines où on manie subtilement l’interaction sociale, la psychologie et le comportement cognitif pour améliorer les systèmes de reconnaissance de la voix et des émotions. Cela oblige à être curieux et c’est exactement pour cela que l’on fait de la recherche. »

En 2016, elle passe à l’étape supérieure et s’intéresse à ce que les systèmes incorporant de l’IA font des émotions qu’ils détectent. L’éthique est son nouveau cheval de bataille pour faire face aux enjeux et à l’omniprésence du numérique en ce début de XXIe siècle. « Ces systèmes sont incroyablement bénéfiques pour des gens dépressifs ou en perte d’autonomie mais je me rends compte du fort pouvoir de manipulation de ces objets qui vous appellent par votre prénom et prétendent vous aimer. Profiler les gens à partir de leurs émotions et de leurs comportements, c’est être aussi capable de les influencer. Il faut des garde-fous pour que ceux qui créent ces systèmes n’aillent pas trop loin. » Un petit clin d’œil aux GAFAM, l’objectif premier de l’IA étant notamment de servir la santé et l’éducation. « Je ne cherche pas à faire de la régulation mais à poser les bases de bonnes pratiques en IA ». À partir de 2017, elle intègre le comité d’éthique d’Allistène10 puis le Comité national pilote d’éthique du numérique et de l’IA, répondant à des missions du Premier Ministre sur l’éthique des chatbots11 notamment, participe au Global Partnership on AI (GPAI) sur le futur du travail, travaille avec l’AFNOR12, intervient dans des conférences publiques, préside la Fondation Blaise Pascal de médiation en mathématiques et informatique, et s’implique pour l’inclusion des femmes dans les sciences. Car si elle met en garde sur la dépendance aux machines, elle insiste aussi sur le fait que « 80 % des codeurs et concepteurs d’IA sont des hommes et 80 % des systèmes qu’ils conçoivent ont des voix, des prénoms et des corps féminins ». Des engagements qui, selon elle, lui ont valu de recevoir la Légion d’honneur en 2020.

Modèle hybride

Les modèles acoustiques de langage étaient classiquement obtenus par une modélisation de Markov dite « générative », où un ordinateur apprend des formes modèles. En générant ces modèles via les réseaux de neurones, avec un apprentissage discriminant, les différences entre les formes sont apprises de façon parcimonieuse. Mieux, en mettant en parallèle plusieurs réseaux apprenant les mêmes choses avec des points de vue différents – une initialisation aléatoire différente –, il était déjà possible de gagner en performance malgré les limites des processeurs disponibles il y a 30 ans.

Pour en savoir plus :


Acronyme des 5 géants américains du numérique : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft

Laboratoire interdisciplinaire des sciences du numérique (CNRS, Sorbonne Université), anciennement Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur (LIMSI)

Aujourd’hui Université de Paris

Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives

Institut de protection et de sûreté nucléaire

Mathématiques et informatique appliquées aux sciences sociales

Diplôme d’études approfondies, aujourd’hui M2 Recherche

Modèle incrémentiel de calcul de la probabilité de survenue d’un événement, ici, d’un son ou d’un mot

9 Alliance des sciences et technologies du numérique

10 Enjeux éthiques des agents conversationnels

11 Coordinateur de la normalisation en France